[Test] PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS

Partagez
avatar
Keniori Mortback
Valléen des étoiles
Valléen des étoiles

Masculin
Nombre de messages : 8507
Humeur du moment :

multi plateforme [Test] PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS

Message par Keniori Mortback le Ven 19 Jan 2018 - 13:33

PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS - PUBG
Première approche ?




Editeur / Développeur : Bluehole, Inc.
Genre : Action style FPS doté d'une touche de gestion
Mode : Multi en ligne | Multi en compétitif (jouable à 100 personnes)
Sortie France : 23 Mars 2017 en Early Acess         Tarif sur steam : 30 euros à ce jour

Avant-propos

Je suis à l'origine un très vieux joueur qui a connu les bornes d'arcade et les flippers. Depuis peu de temps, avec l'aide de mes amis, je me suis orienté dans l'univers PC qui permet d'accéder non seulement à des anciens jeux de ma jeunesse, mais aussi d'aborder de nouveaux genres. PUBG aborde un genre totalement nouveau dans le monde du shooter, en effet nos avatars se retrouvent sur une carte de plus de 60 km2 ; vous êtes prêts à être massacrer, la réponse dans ses quelques lignes.



BR, c'est quoi ?

Avant d’aborder une brève critique du jeu, il est bon de revenir à l’origine du titre dont peu de personnes savent comment les programmeurs de Bluehole ont réussi un tel exploit. Un petit éditeur indépendant arrive à damer le pion face aux géants que sont Activision ou EA.
Connaissez-vous le film Bataille royale du réalisateur Kinji Fukasaku (1930-2003), aujourd’hui disparu,  ce dernier a été influencé dans sa jeunesse par la violence, en effet, ce dernier a travaillé dans une fabrique d’armes pendant la seconde guerre mondiale. Puis plus tard, il fut un acteur, puis scénariste dans les longs métrages de gangsters. C’est la raison pour laquelle, Bataille Royale (sorti au japon en 2000) dévoile une telle violence, mais aussi en apportant de magnifiques séquences tellement réalistes accompagnées par de la musique classique en outre du Jean-Sébastien Bach. Bien avant, la série des Hunger Games, cette œuvre a fait couler beaucoup d’encre. Mais il ne faut pas résumer à ce déluge de sang, il apporte dans notre inconscient la notion de liberté.
Le film est inspiré non seulement des mangas, mais également par le journaliste politique Kōshun Takami qui montre à sa manière l’évolution et la décadence d’un Japon dirigé d’une main de fer par des dirigeants ressemblant étrangement au III Reich (dirigé par Adolf Hitler). Malgré une prospérité, l’individu n’est plus libre de ses actions, ni même de son humanité, bref un vaste débat qui reste toujours d’actualité.



Et si on désire aller plus loin, je ne saurais trop vous conseiller le roman d’anticipation : 1984 (publié en 1949) d’Orsen Welles.
1984 est communément considéré comme une référence du roman d'anticipation, de la dystopie, voire de la science-fiction en général. La principale figure du roman, Big Brother, est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance, ainsi que de la réduction des libertés.



PUBG,sous ce nom barbare se cache LE jeu du moment sur PC. Rien que ça. Il se classe encore en EARLY ACCES (version beta si vous préférez SAUF que vous avez déjà acheté le titre pour pouvoir y jouer et que celui-ci est en constante évolution).
Rendez-vous compte : 15 jours après son lancement, le jeu s’était déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires.
Et ça continue ! A ce jour, la barre des 20 millions a été franchie, sans compter la version console Xbox dont les chiffres n’ont pas été clairement communiqués (titre sorti en décembre dernier).Un bel exploit pour Brendan Green, créateur et pionnier des mods façon ‘Battle Royale’ (un groupe de personnes dans un territoire défini, il ne peut en rester qu’un). On lui doit déjà un mod pour Dayz (qui était déjà un mod d’Half Life 2) et de King Of The Hill d’H1Z1



I Will survive

S’inspirant sans doute des goulags (prison russe), ici point de scénario, ni même de cinématique expliquant la raison pour laquelle vous êtes au sein d’un groupe de 100 personnes et vous serez parachuté non sur une île paradisiaque mais plus dans un univers où loi du plus fort règne en maitre.
Le but n’est pas de tuer tout le monde, vous pouvez finir premier sans pour autant avoir fait un seul meurtre. Sur cette ile vous allez trouver tout ce qu’il faut : armes et différentes tenues pour celles-ci, des protections et des kits de soins. A vous d’exploiter ceux-ci au mieux, seul, en duo ou en escouade (maximum 4 joueurs). En équipe, le jeu est totalement différent et les mécaniques solitaires de penser d’abord à sa propre survie ne fonctionnent pas.

La zone de jeu étant relativement grande les développeurs ont eu une idée maligne. Une zone de jeu qui va se rétrécir petit à petit au fur et à mesure que le temps passera. Un cercle blanc qui définit la zone de survie et un cercle bleu (plus large) qui rétrécit pour arriver au cercle blanc. Une fois les deux rejoints, le cercle blanc rétrécit et ainsi de suite. A l’extérieur du cercle bleu, votre survie se compte en quelques secondes. Forcément plus la zone est petite, plus les survivants sont exposés.



Un univers impitoyable

Bien que le jeu se veuille réaliste dans les tirs et l’armement, nous pouvons remarquer de nombreux bugs graphiques ainsi que quelques ralentissements lors des balades en véhicules. La carte du jeu dévoile une immensité et de multiples environnements. Chaque région a sa particularité pour se cacher ou d’exploiter les endroits en hauteur. Vous ne serez à l’abri nulle part, de plus vous devrez utiliser les azimuts pour mieux aider votre équipe, mais aussi pour sortir d’une situation embarrassante.
Chaque largage par avion est un nouvel épisode. Bien choisir la zone où vous allez sauter en parachute, la première maison que vous allez visiter. Est-ce que vous serez seul dans celle-ci ? Serez-vous dans la bonne zone ? Aurez-vous le temps de charger votre arme fraichement ramassée ou devrez-vous faire avec ce que vous avez, comme une poêle, sur le premier mec qui viendra interrompre votre exploration urbaine ? Chacun adversaire abattu vous donnera accès à son inventaire sous forme de box à côté de son corps. Vous prenez ce que vous avez besoin et vous voilà aussi vite reparti vers ce cercle qui n’en finit pas de rétrécir.

Vous pouvez également conduire des véhicules, y compris une copie du van Wolkswagen, sans oublier des voitures ressemblant étrangement à des R9 (Renault). Même si les novices mourront assez vite dans les deux premières minutes, voire avant, PUBG demandera beaucoup de patience avant que vous atteignez déjà le top 10 et peut-être un jour le Top 1.



Pubg, un objet de convoitise


Si dans le roman Battle royale, le lecteur pouvait philosopher sur notre avenir incertain et des folies de certains dirigeants. Le manga n’est rien qu’un abus de l’ouvrage et du long métrage, ici tout est violence gratuite sans aucun sens, une ode à la débilité humaine. Orientez-vous plus vers le comics « The Walking Dead » ; certes l’horreur est présente, néanmoins l’histoire a du sens.

Alors que le jeu est sorti désormais sur la console de Microsoft et que nous constatons les défauts identiques lors de son lancement sur PC. Pubg pourrait bien connaître également un beau succès pour la machine de Sony, même si la qualité du réseau est en dessous de la concurrence ; en effet le constructeur doit bien peaufiner ses jeux en ligne, malgré la grogne sur l’augmentation de l’abonnement au PSN. Nous pouvons espérer que Bluehole analyse ses précédentes erreurs pour apporter à la PS4, un titre avec moins de lacunes ; en outre pour la PS4, les joueurs peuvent facilement acheter des bons casques gamer à faible coût face à la Xbox One. Il est vrai qu’il est vivement conseillé de jouer en totale immersion afin d’analyser chaque bruitage dans le jeu. A l’avenir, les joueurs « console » pourraient très bien s’orienter vers une jouabilité clavier/souris.


. Menu de la version PC


Une ferveur sans précédent


Malgré que le jeu soit toujours en développement et nécessitant de nombreuse mises à jour, le titre est régulièrement streamé sur Twitch et également sur la Xbox, la console de Microsoft. Cette dernière ne possède pas encore tous les ajouts de la version PC, pourtant le titre constitue désormais comme un argument de vente pour ceux qui ne peuvent pas investir dans un PC.

Vous l’aurez compris, si vous êtes un fan de ce genre vous devez foncer sur ce titre qui murit de semaine en semaine car je vous le rappelle le titre est en plein développement.


. On reste calme


+ Jeu indépendant dont le succès est grandissant (plus de 20 millions de copies)
+ Inspiration de Battle Royale (attention argument à double tranchant)
+ 100 joueurs sur une carte immense
+ Environnements multiples avec le choix de nos mouvements (jouer à cache-cache ou être un warrior)
+ Nombreuses mises à jour.


- La Bataille royale, plus de place aux sentiments de Bonté
- Ode à la violence pour certains joueurs
- Prise en main ardue lors des premières parties
- Le jeu demande malgré tout un ordinateur doté de bonnes cartes graphique et d'un excellent processeur (un I5 haut de gamme par exemple)
- A l'heure actuelle, nous trouvons de nombreux tricheurs d'origine de Chine qui nuisent à la bonne immersion du titre et les sanctions ont du mal à venir de la part de l'éditeur.





Verdict : Très bon jeu




~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le jeu video est une passion, sachons en profiter et se respecter.

avatar
kaelkael
Valléen cosmique
Valléen cosmique

Masculin
Age : 37
Nombre de messages : 23988
Humeur du moment :

multi plateforme Re: [Test] PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS

Message par kaelkael le Mer 24 Jan 2018 - 19:57

Tu as succombé au marketing ? De mon côté il me tente pas du tout ce jeu.

    La date/heure actuelle est Lun 19 Fév 2018 - 9:04