L'arcade sur le retour

Partagez
avatar
Keniori Mortback
Valléen Kung fu Master
Valléen Kung fu Master

Masculin
Nombre de messages : 8495
Humeur du moment :

oeil sur L'arcade sur le retour

Message par Keniori Mortback le Lun 8 Déc 2014 - 22:11

L’arcade de retour

Ce bricolo est tombé dans le monde des « arcadiens » il y a un an. Aujourd'hui, en plus des bornes dans son salon, sa place de parking en accueille une dizaine d'autres. Elles sont autant de réserves de précieuses pièces détachées. « Je les retape », explique Benjamin, « avec deux, j'en fais une. En fait, je passe plus de temps à bricoler qu'à jouer ! »

Benjamin est un passionné de jeux de combat. « Ce qui me plaît, c'est le match, je n'aime pas perdre », explique-t-il. S'il préfère les jeux d'arcade aux jeux plus classiques, c'est aussi une question de temps. Une des particularités des bornes, c'est que l'action y est instantanée. « Tous les matins, avant de partir au boulot, je me fais une petite session d'une demi-heure sur Internet ».



Alors qu'il possède plusieurs bornes, Benjamin continue de fréquenter les salles de jeux, et particulièrement Arcade Street, située à Paris près de la place de la Nation. « Quand on joue sur Internet, on n'a pas de joueur en chair et en os en face de soi. » C'est la compétition qui l'attire toujours dans les salles. Il y va pour affronter d'autres passionnés. « Souvent, il y a une personne qui joue tranquillement contre l'ordinateur, tu t'assieds en face, tu mets ta pièce et tu la défies », résume-t-il.
Arcade Street, c'est la salle d'Anatole Albar. Le bruit des machines y est assourdissant. Autour des quatre bornes Street Fighter IV, le jeu le plus populaire, un groupe compact s'est formé. Certains attendent leur tour, d'autres regardent simplement le match en cours. Anatole et un de ses employés affrontent les clients. Après quelques matchs remportés haut la main, le gérant sort sur le trottoir, l'ambiance y est plus calme.

Avant d'être gérant d'une salle de jeu, Anatole est avant tout un passionné. Sa première machine, une Atomiswave, prend la poussière dans un coin de sa salle. « Elle n'est pas réparable, déplore-t-il. C'était une superbe borne, mais pas terrible techniquement. » Lorsqu'il a ouvert Arcade Street il y a quatre ans, Anatole a soigné le choix des bornes proposées. Elles sont toutes japonaises, en PVC et en aluminium et on y joue assis. Les jeux nouvelle génération côtoient des machines plus vieilles encore équipées de tubes cathodiques.
Il avait 23 ans et travaillait dans l'hôtellerie lorsqu'il a décidé d'ouvrir sa salle et, il en convient, « il faut être un peu kamikaze » pour se lancer dans ce genre de commerce aujourd'hui. « Une salle moderne mais aussi rétro, à l'écoute des joueurs, j'étais sûr que c'était pertinent », tempère-t-il.
Anatole s'appuie sur une clientèle qu'il classe en trois catégories : « Les mecs rétro qui veulent redécouvrir l'arcade, les amateurs de jeux de combat qui viennent pour la confrontation, et les fans de l'univers manga. »

Pour lui, ce qui plaît tant dans l'arcade, c'est l'immédiateté du plaisir et la difficulté, « il y a la barrière du stick qui rend le tout élitiste ». Lorsqu'Anatole change ses machines, il les revend à des particuliers. Il ne s'inquiète pas d'une possible désertion. « Les jeux d'arcade, c'est comme une bière, tu peux en avoir au frigo, mais elle sera toujours meilleure au bar », résume-t-il.

En termes de nombre de borne et de diversité, la collection de Juan Noble n'a rien à envier à Arcade Street. Ce gérant d'un bar parisien est l'heureux propriétaire de 18 flippers et de 8 bornes d'arcade auxquels s'ajoutent un billard, un jeu de fléchette, un baby-foot et plusieurs machines à sous.



Il a aménagé le sous-sol de sa maison de Seine-et-Marne en véritable bar. Sa collection est impressionnante, elle vaut plusieurs dizaines de milliers d'euros et, il le revendique, il n'a fait qu'un seul achat : « Il y a une quinzaine d'années, j'ai acheté un lot d'une cinquantaine de flippers à environ 500 euros pièce. » En rachetant le stock d'un exploitant qui fermait boutique, Juan a fait une belle affaire. « A l'époque, ça ne valait rien. Aujourd'hui, certains ont pris de la valeur ». Tout ce qu'il a dans son sous-sol, il l'a troqué à partir de cette mise de départ. Les échanges sont une pratique courante dans le monde de l'arcade.
Sa pépite, c'est Dodonpachi. Il s'agit d'un vertical shooter datant des années 90. « Le jeu seul [sans la borne] vaut autour de 600 euros », assure-t-il. Coté flippers, c'est un Star Trek de la marque Stern, « une œuvre d'art » qui fait sa fierté. Question prix, sur le site officiel du fabricant, il est affiché à près de 8 000 dollars (presque 6 000 euros) et est en rupture de stock chronique. Juan l'a obtenu contre deux flippers et une borne, « une affaire », selon le collectionneur. Ce qu'il aime dans les jeux d'arcade, c'est la tension, « tu ne peux pas mettre pause, tu n'es pas vautré dans le canapé... »
Ce père de trois petites filles joue encore à tous ses jeux et détient tous les meilleurs scores. Lors de ses soirées « apéro, flipp', barbecue », entre amis, il ne laisse personne le dépasser. « Lorsqu'un pote me bat, je ne lâche pas l'affaire et je refais une partie pour le battre », rigole-t-il. Interrogé sur ses prochaines acquisitions, il parle plutôt de réduire la voilure et de laisser partir des flippers. Mais à la fin du mois, il réceptionnera quatre nouvelles bornes, il va donc falloir faire de la place.

Baptiste Garcin Extrait du Journal « Le Monde »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le jeu video est une passion, sachons en profiter et se respecter.

avatar
Ori
Valléen du ghetto
Valléen du ghetto

Féminin
Age : 33
Nombre de messages : 10804
Humeur du moment :

oeil sur Re: L'arcade sur le retour

Message par Ori le Mar 9 Déc 2014 - 23:18

Coool comme article!!
Très bonnes initiatives tout ça !!


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
One day or another :chante:
avatar
Keniori Mortback
Valléen Kung fu Master
Valléen Kung fu Master

Masculin
Nombre de messages : 8495
Humeur du moment :

oeil sur Re: L'arcade sur le retour

Message par Keniori Mortback le Mer 10 Déc 2014 - 11:24

Merci Ori, il s'agit de la conclusion complète du journaliste, et je trouve qu'elle complète parfaitement la 1ière partie apparue fin novembre de cette année.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Le jeu video est une passion, sachons en profiter et se respecter.


Contenu sponsorisé

oeil sur Re: L'arcade sur le retour

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Sam 25 Nov 2017 - 8:46